Un puisard, pourquoi faire ?

Connu également sous l’appellation de puits d’infiltration, le puisard est une installation aménagée à l’extérieur d’une habitation. Il se révèle incontournable pour évacuer les eaux pluviales d’un terrain qui, en stagnant dans le sol, risquent de compromettre la solidité des fondations à proximité. Voilà pourquoi, son installation s’avère inéluctable en construction. Gros plan donc sur ce dispositif.

Un puisard : en quoi ça consiste ?

Un puisard ou un puits d’infiltration est un dispositif ne permettant pas de tirer de l’eau, mais au contraire de la laisser s’infiltrer de manière naturelle dans une couche du sol pouvant l’absorber. Autrement dit, il permet de drainer de manière efficace le sol afin d’empêcher la stagnation des eaux au pied des constructions. Plus concrètement, un tel dispositif prend souvent la forme d’un puits chargé de roches et de graviers, d’où son appellation « puits d’infiltration ».  Puis, selon la pluviométrie, celui-ci va se remplir d’eau grâce à un tuyau garantissant l’acheminement des eaux de la surface dans le puits. Les parois du puits d’infiltration étant poreuses, l’eau emmagasinée va pouvoir s’infiltrer lentement dans chaque zone où la perméabilité du sol est conséquente.

L’intérêt de mettre en place un puits d’infiltration

Pluviométrie extrême, ruisseau à proximité, sol argileux, marécage, nappe phréatique, murs enterrés partiellement, terrain pentu…, voilà de nombreux cas dans lesquels l’eau est susceptible de s’accumuler excessivement dans le terrain et pouvant mettre en danger les constructions environnantes. Dans tous les cas, le puisard se veut être un dispositif visant à désaturer en eau le terrain et surtout à protéger les fondations. Son installation est d’autant plus obligatoire lorsque le terrain n’est relié à aucun réseau d’évacuation. Qu’il soit en PVC ou en béton lisse, un puisard permet d’éviter les inondations ainsi que les problèmes d’humidité tels que l’infiltration d’eau dans la cave.

Cependant, celui-ci ne permet en aucun cas d’évacuer les eaux « grises », ou plus précisément les eaux usées, ménagères ou domestiques. À la différence des dispositifs d’assainissement, un puits d’infiltration ne traite que les eaux de pluie, les eaux de rivières ou les lacustres.

Puits d’infiltration vertical ou incliné, telle est la question

Selon la configuration du terrain, un puisard peut être vertical ou incliné. Un puits d’infiltration verticale se dote d’un tuyau vertical, qui peut être en plastique, en acier ou en béton, dont le diamètre est inférieur à 1 m. À cela s’ajoute une buse disposée de manière horizontale à l’extrémité inférieure qui assure le drainage de l’eau pluviale stockée. Cette version s’accommode parfaitement aux terrains pentus. Quant à l’installation inclinée, celle-ci, comme l’indique clairement son appellation, se caractérise par la présence d’une buse inclinée visant notamment à pallier la légère dénivellation du terrain. Néanmoins, sa capacité de stockage s’avère moins importante comparée à celle de la version verticale.

N.B. Afin qu’on puisse profiter pleinement de tous les avantages d’un puisard, on doit veiller à ce que ce dernier soit aménagé correctement : distance de 30 m entre le puits et le puisard, éviter l’installation sur de la nappe phréatique, ne pas le placer à proximité de la maison ou des arbres, se munir d’une pompe d’évacuation pour un puisard se trouvant dans une cave, etc.

La table de culture, un potager de poche
La pergola bioclimatique, pour une terrasse design